top of page

PRESSE

Anker 5
voix de la presse

En septembre 2022, deux Suisses, Roland Hegi et Felix Waldispühl, commencent à rassembler des idées pour un morceau de prog rock dans le studio d'enregistrement de Roland. Les deux hommes ont déjà travaillé ensemble dans un groupe de prog instrumental appelé F.o.r.s. Et cela a eu un goût d'inachevé. Après que Hegi ait reproduit quelques chansons de Waldispühl, l'idée d'un nouveau projet est née. Le nom de ce nouveau projet est donc synonyme des deux protagonistes. Le duo décide de tout garder entre ses mains ; ainsi, Hegi s'occupe de la production de la musique et conçoit la réalisation visuelle des compositions (vidéo). Presque toutes les chansons peuvent être trouvées sur YouTube et sont suffisamment divertissantes pour être regardées.

Les deux musiciens s'inspirent de différents types de musique, mais sont surtout influencés par des dizaines de groupes et d'artistes de l'histoire du rock progressif et de la fusion. Ce premier album est entièrement instrumental, à l'exception de quelques fragments parlés et de chœurs. Les paroles suggèrent qu'il s'agit d'un album conceptuel, mais on ne trouve nulle part d'informations à ce sujet. Les deux musiciens se donnent mutuellement beaucoup d'espace pour exceller, ce qui se manifeste par divers solos de guitare et de clavier, et ils se complètent parfaitement. 

 

Le titre "Out of Balance" a lancé le premier album de Flame Drop, "Flow", et a été la première composition que les deux hommes ont écrite ensemble. Il s'agit immédiatement du morceau le plus progressif de l'album, auquel les fans du genre néo-prog pourront sans aucun doute s'identifier. On y retrouve les claviers caractéristiques de Waldispühl et les synthesizers/guitares de Hegi. D'une manière générale, on devine que ces messieurs se sont principalement inspirés du néo-prog, au vu du son des touches et du son stylistique. A cela s'ajoute un travail de piano qui fait se lécher les doigts. Cela donne des compositions fascinantes, comme "Divided Ocean", enrichies d'une touche légèrement japonaise. C'est du moins mon interprétation, peut-être y découvrirez-vous autre chose. La musique des deux hommes permet des perspectives différentes, ce qui permet de faire des comparaisons avec un large éventail de groupes.

Et pourtant, il y a déjà un son propre à découvrir, d'autant plus que l'aspect instrumental est très varié. Alors que les albums instrumentaux tombent assez rapidement dans le même type de compositions, Hegi et Waldispühl maintiennent une variété attrayante. Les mélodies de guitare, les riffs, les harmonies de synthé, les grooves de basse et les idées rythmiques de Hegi fusionnent avec les grooves de batterie de Felix, ses idées sphériques et ses agitations de piano. Ceux-ci se divisent sur des créations comme "In Heaven", qui rappelle le travail de groupes comme IQ et Arena, mais dans le relativement court "Splitting the Sunrise", il y a à son tour des connexions avec des virtuoses de la guitare. Courte parce que cette chanson, ainsi que "Divided Ocean", qui dure plus de cinq minutes, se trouve entre des morceaux de plus de dix minutes. Au total, vous avez droit à une heure de musique délicieuse.

 

Vous êtes fan de rock mélodique à guitares et à claviers ? Je suis convaincu que cet album obtiendra une note élevée. Le groupe n'a pas encore été découvert par une maison de disques, mais cela me semble être une question de temps. En attendant, commandez auprès du groupe lui-même.

Un duo suisse de Rock-Progressif hum intéressant mais que vous vient à l’esprit quand on pense à ce pays d’Europe commençons par les villes : GENEVE, ZURICH bien sûr, mais quoi encore le mont Cervin, Interlaken, la vieille ville de Berne, le lac des Quatre-Cantons mais aussi ROGER FEDERER, URSULA ANDRESS, CARL JUNG, HERMAN HESSE, maintenant voyons voir ce qui en ait pour la musique "Yello" cet excellent band des 80’s mais pour la prog suisse alors? PATRICK MORAZ, CLEPSYDRA, MONKEY 3, l’excellent mais unique album du groupe Island ‘’Pictures’’. Trop peu malheureusement vous en conviendrez, donc je vous introduis à la musique de FLAME DROP et l’album FLOW.

De facture complètement instrumentale le style est une mixture de jazz fusion et de prog-éclectique et le nom même du band est synonyme de deux protagonistes, ici comme plusieurs artiste prog on ne veut pas se limiter à un style donc aucune limite créatrice. C’est donc en septembre 2022 que nos deux musiciens ROLAND HEGI et FELIX WALDISPUEHL se rencontre, le projet émerge après une collaboration avec le band progressif "FORS".

La dernière pièce de l’album "Out of Balance" est la première collaboration entre nos deux musiciens, des lors s’en suis l’élaboration de l’album. Pour ce qui est du background FELIX a été drummer dans un cover band de PINK FLOYD appelé "Crazy Diamond" pendant 10 ans, pour ce qui est de ROLAND il a joué dans plusieurs bands dont "The Paul Mancini group", sa passion est le rock-progressif et il est un guitariste accompli.

On débute l’album par la pièce "Whithout Brakes" je vous avertit ça déménage, la rhythmique est d’enfer et la guitare virevolte non-stop on croirait entendre une nouvelle pièce de JEFF BECK de sa période fusion, la superposition guitare claviers et voix éthéré en milieux de compo est superbe et ça repart de plus belle avec des ajouts de percussions surement du Djembé, ça commence fort, nos deux compères sont d’excellent musiciens et que dire de l’enregistrement la sono est impeccable ROLAND et FELIX sont passés maitres dans le studio d’enregistrement. Ils sont d’ailleurs les compositeurs des morceaux de l’album et producteurs. "Ambient Emotions" a 15 :00 minutes ça peut nous sembler une de ces pièces fleuves dites épique mais on est plus dans du PINK FLOYD de la période "Animals" ici les solis de M.Hegi sont d’une beauté et d’une pureté presque cristalline, il faudra compté sur lui lors des pool de fin d’année comme top guitariste non pas par sa rapidité mais plus sa fluidité, pas de redondance que de superbe séquence de nappe de clavier sur lesquels il laisse pleurer d’émotion sa guitare, surement ma pièce préférés. "Splitting the Sunrise" et "Divided Ocean" sont deux titres plus courts ou le piano et la guitare sont en évidence de superbes mélodies toute en douceur. "In Heaven" pour une raison que j’ignore me laisse plutôt froid, il y a des éléments intéressant comme le synthé que j’aime bien mais la guitare plus rock ne me touche pas tant. Avec "Out of Balance"on revient en force pour la final de cet album plein d’émotions, plusieurs variations agrémentent la fluidité du titre ou la double guitare surimposée laisse une belle impression, solide la rythmique, FELIX aux futs nous offre une démonstration de son talent. Belle finale.

Nos deux virtuoses et surtout mélodiste polyvalent se complètent à merveilles on a déjà hâte au prochain opus je verrais bien une voix féminine pour leur prochain disque, celui-ci est une réussite sur toute la ligne bravo. Je ne lasse pas d’entendre cette guitare si créative et précise et surtout si touchante.

Un nouveau nom sur la scène prog suisse, mais le personnel n'est pas vraiment nouveau, car on peut le résumer à une formule simple : Flame Drop = (F.O.R.S.)/2. Il s'agit en effet d'une moitié du quatuor suisse F.O.R.S., qui a jusqu'à présent enregistré deux albums, dont le premier a déjà été chroniqué ici. Certains auront sans doute aussi fait la connaissance du groupe lors du festival Night of the Prog 2019 à la Loreley.

 

Voici donc le duo Flame Drop, composé du batteur Felix Waldispühl et du guitariste/bassiste Roland Hegi. Si le fan de prog symphonique sursaute directement et regrette les planches, le signal d'alarme est immédiatement levé. Non seulement les deux Suisses se partagent le travail aux claviers, mais ils jouent également un rôle important. Ce qui manque en revanche, c'est le chant. L'album est entièrement instrumental. Et malgré l'utilisation assidue des claviers, c'est la guitare qui joue le rôle principal. Hegi joue régulièrement de la guitare et s'en sort très bien. On peut parfois entendre des réminiscences d'Andy Latimer et de David Gilmour, mais pas sous la forme de parties presque reprises - mais l'influence est tout à fait perceptible. A propos de la pochette, elle est signée Julia Hegi.

L'album contient six morceaux au total, dont quatre dépassent la barre des dix minutes. Le morceau d'ouverture 'Without Brakes' démarre sur les chapeaux de roue, la guitare donne la mélodie, qui est ensuite doublée par endroits par les claviers - cette forme de parallélisme se retrouve dans quelques morceaux. Le titre suivant, 'Ambient Emotions', dure un quart d'heure et est donc le plus long de l'album. Ici, ils ne passent pas tout de suite dans le domaine de l'ambient, mais continuent à jouer avec leurs alternances guitare/touches, mais à mi-parcours, une courte partie ambient fait son apparition, jusqu'à ce qu'une guitare sensible vienne compléter le jeu de claviers. Ils restent toujours dans la zone mid-tempo, il ne faut pas s'attendre à des parties particulièrement frileuses ou même bizarres. Et cela ne vaut pas seulement pour cette chanson, mais pour l'ensemble de l'album. Ceux qui aiment le prog symphonique mélodique et purement instrumental devraient donc y trouver leur compte.

Fin 2022, Roland Hegi et Felix Waldispuehl, tous deux multi-instrumentistes qui avaient auparavant joué ensemble dans un groupe de rock progressif instrumental appelé Fors, ont décidé de mettre en commun leurs compétences et leurs talents dans un nouveau projet centré autour du studio d'enregistrement de Roland à Zurich.

Flow est le premier album du duo, un projet entièrement instrumental (à l'exception de quelques mots anglais parlés sur « In Heaven ») dans lequel Hegi joue de la guitare, de la basse, des claviers et de la programmation, ainsi que de la production, de l'enregistrement, du mixage et de la programmation et le mastering; Waldispuehl joue de la batterie, du piano, du djembé, des claviers et du trombone, les deux membres contribuant aux compositions et aux arrangements.

Le son de Flame Drop tire des influences de tout le spectre du rock progressif, mais probablement un peu plus du côté fusion, bien qu'une corne d'abondance d'idées puisse être entendue au fur et à mesure que chaque morceau est joué ; ils ont une propension aux morceaux épiques qui changent constamment et changent de vitesse - en fait, l'album ne contient que six morceaux et quatre d'entre eux dépassent facilement la barre des dix minutes.

L'ouverture de douze minutes, "Without Brakes", ouvre la voie à tous ceux qui suivent, un éclair rapide de puissance fusionnelle axée sur le groove qui fait une forte déclaration mélodique instantanée au cours de ses deux premières minutes, puis commence à errer à travers un tourbillon complexe de proggy. des idées qui ne s'arrêtent jamais vraiment pendant toute la durée, avec des solos incroyables sur les guitares, les synthés et plus encore, les figures de batterie occupées fournissant toutes une base de groove puissante.

Vient ensuite "Ambient Emotions" de quinze minutes, arborant un peu plus de puissance rock dans sa phase initiale de trois minutes, suivi de quelques mélodies brûlantes de guitare et de synthé traversant le ciel nocturne, rappelant peut-être légèrement l'époque des animaux Floyd, mais comme sur l'ouverture, tout change assez régulièrement pour que cela reste intéressant sur le long terme.

D'une durée d'un peu plus de cinq minutes, "Divided Ocean" est l'un des deux morceaux les plus courts de l'album, entraîné par le piano et la batterie avec des voix apparemment douces qui montent de haut en bas en arrière-plan, avec un magnifique solo de guitare à mi-chemin. "In Heaven" présente une certaine similitude superficielle avec le travail de Saga du début des années 80, principalement dans les sons de guitare croustillants et les synthés qui suivent. L’épopée de plus de onze minutes « Out of Balance » clôt joliment l’album avec de puissantes mélodies glissantes au-dessus d’une ponctuation entraînante et de grooves intenses, et comme toutes ces pièces épiques, l’auditeur ne sait jamais ce qui va suivre.

Les débuts de Flame Drop ont beaucoup à recommander aux fans de prog instrumental et de fusion.

J’ai trouvé cette délicieuse petite surprise en chassant haut et bas pour de nouvelles découvertes et il se trouve que ce sont leurs vidéos qui m’ont amené vers l’acquisition réelle, le groupe m’envoyant rapidement leur CD alors que je me préparais à partir en vacances en Italie. Ce duo suisse de multi-instrumentistes Roland Hegi et Felix Waldispuhl se fera sans aucun doute un nom car leur métier est tout simplement sensationnel.
Après avoir passé mes années de formation en Suisse, je peux témoigner qu’il y a peu d’autres endroits « cinématographiques » sur terre, où chaque recoin, chaque recoin, chaque vallée et chaque sommet attire un nouveau plaisir visuel. En s’éloignant comme un bolide suralimenté, « Without Brakes » étant très bien intitulé, l’impression initiale est celle d’une puissance élégante, avec des guitares en plein essor, des synthés brillants et des tambours tonitruants, qui se transfèrent finalement dans un paysage plus serein, un haut-Vue d’altitude qui ne demande pas de mots, comme si assis au sommet de Santis balayé par le vent regardant vers le bas dans le canton luxuriant d’Appenzell ci-dessous. Roland Hegi est un maître guitariste, combinant technique et émotion dans son jeu intelligent, avec les rivulets de piano de Felix en arrière-plan, car il garde également une poignée percussive sur les choses. Le rythme reprend avec des accords de puissance grinçant, moelleux dans le coup de vent, comme les rythmes musculaires syncopés évoquent un tour de voiture à travers la métropole. Ce qui est tellement cool, c’est que la vidéo (intégrée ici) offre une interprétation différente, une technologie frénétique qui semble sans limite de vitesse étant en contradiction avec la beauté et l’inspiration implacables de la nature, alors que la complexité trouve son adversaire dans la simplicité. La course de rats à une extrémité, à travers le trafic à grande vitesse et les couloirs d’ordinateurs et de séquenceurs clignotants est tout à fait la déclaration! Le solo de synthé tortueux et étendu est un pour les âges. La vidéo brillante et encore plus exemplaire est la musique, car c’est un bon coup d’ouverture.

J’ai trouvé cette délicieuse petite surprise en chassant haut et bas pour de nouvelles découvertes et il se trouve que ce sont leurs vidéos qui m’ont amené vers l’acquisition réelle, le groupe m’envoyant rapidement leur CD alors que je me préparais à partir en vacances en Italie. Ce duo suisse de multi-instrumentistes Roland Hegi et Felix Waldispuhl se fera sans aucun doute un nom car leur métier est tout simplement sensationnel.
Après avoir passé mes années de formation en Suisse, je peux témoigner qu’il y a peu d’autres endroits « cinématographiques » sur terre, où chaque recoin, chaque recoin, chaque vallée et chaque sommet attire un nouveau plaisir visuel. En s’éloignant comme un bolide suralimenté, « Without Brakes » étant très bien intitulé, l’impression initiale est celle d’une puissance élégante, avec des guitares en plein essor, des synthés brillants et des tambours tonitruants, qui se transfèrent finalement dans un paysage plus serein, un haut-Vue d’altitude qui ne demande pas de mots, comme si assis au sommet de Santis balayé par le vent regardant vers le bas dans le canton luxuriant d’Appenzell ci-dessous. Roland Hegi est un maître guitariste, combinant technique et émotion dans son jeu intelligent, avec les rivulets de piano de Felix en arrière-plan, car il garde également une poignée percussive sur les choses. Le rythme reprend avec des accords de puissance grinçant, moelleux dans le coup de vent, comme les rythmes musculaires syncopés évoquent un tour de voiture à travers la métropole. Ce qui est tellement cool, c’est que la vidéo offre une interprétation différente, une technologie frénétique qui semble sans limite de vitesse étant en contradiction avec la beauté et l’inspiration implacables de la nature, alors que la complexité trouve son adversaire dans la simplicité. La course de rats à une extrémité, à travers le trafic à grande vitesse et les couloirs d’ordinateurs et de séquenceurs clignotants est tout à fait la déclaration! Le solo de synthé tortueux et étendu est un pour les âges. La vidéo brillante et encore plus exemplaire est la musique, car c’est un bon coup d’ouverture.

La guitare glissante offre une illustration de la beauté harmonique sur la vierge « Splitting the Sunrise » comme Roland fait allusion à son respect apparent pour Jeff Beck, tout sentiment et toucher, et vraiment juste un piano apaisant comme compagnon. « Divided Ocean » est une autre pièce plus courte, encore plus jazzée, car la lumière brille sur le piano orné et la batterie respectueuse de Felix, tandis que Roland laisse la basse rouler (désolé pour le jeu de mots!) doucement sur la route alpine dans le lac d’eau douce, Le tout très optimiste, même lorsque la guitare électrique s’allume comme une douce série de vagues, éclairant l’horizon. Le travail de piano ici est une attraction majeure et devrait attirer les plus grands éloges.
Deux autres épopées pour terminer Flow, d’abord nous arrivons « In Heaven » (littéralement), commence avec l’innocence enfantine qui explose soudainement (et ce sera soudain) dans une explosion cataclysmique, avec de lourds tambours tectoniques, Des surtensions de guitare irritables et des incursions de synthés malveillants suintent dans l’apocalypse cauchemardesque comme du venin dans une intraveineuse ainsi que le passage dans un escalier vers l’enfer, où les bougies sont allumées en tentative d’expiation. Le jour du jugement arrive pour nous tous, consciemment inconscients peut-être, alors que les serpents insidieux tourbillonnent dans le mépris nu, l’infâme synthétiseur solo hurle son refrain vigoureux, les guitares battantes s’attendent à ce que la douleur dure pour toujours et les tambours détruisent les derniers restes de défi. La vidéo est extravagantment convaincante, un magnifique visuel pour une bande sonore incroyable. Et un prêtre nommé Pete, attend…

Et enfin, nous arrivons à « Out of Balance », une piste saisissante, audacieuse et déchirante visant à décrire la pure folie de la guerre entre l’Ukraine et la Russie, un Abel vs Cain moderne, Romulus vs Remus, autrefois frères, maintenant ennemis. En tant qu’historien amateur spécialisé dans l’histoire de l’Europe centrale et orientale et ayant vu de près l’horreur en ex-Yougoslavie, je peux seulement dire qu’il est impossible de comprendre pourquoi les humains suivent des fous stupides dans le carnage. J’ai écrit des milliers de pages, que j’ai jetées de côté en relisant, car cela n’avait aucun sens rationnel.  La vidéo ici est essentielle car les photos en noir et blanc des femmes et des enfants souffrants sont tout ce dont on a besoin pour pleurer. Pas de photos d’armes de guerre et de jeunes hommes mourants mais toutes les familles détruites qui seront sans pères. La musique intense est teintée de tragédie, de désespoir et de courage. C’est une réalité que beaucoup ont déjà oubliée! Roland et Felix ont fait tout un éloge funèbre.

Top 10 album pour 2023, les mains et les pieds vers le bas! Quel tour! La musique est tout à fait expressive, vibrante et significative. Aucune voix requise; l’auditeur peut choisir la sienne. J’invite tous les lecteurs à visualiser les vidéos et à aller à https://flamedrop.bandcamp.com/album/flow pour l’album. Vous ne le regretterez jamais. En fait, j’accepte les remerciements attendus. 

Un duo de musiciens suisses nous apporte cette année un excellent album instrumental. Le 14 octobre ils ont sorti ¨Flow¨, une œuvre qui apporte 6 morceaux intenses et lyriques de rock progressif. Le protagoniste est le guitariste, avec son énorme pincement de guitare à la manière d'un héros, occupant presque tous les espaces de l'album. La musique est très agréable et peut être fortement recommandée comme une belle album de 2023.

Les groupes progressifs suisses ne sont pas légion, alors la découverte de Flame Drop est un plaisir initial non dissimulé. Et comme ce plaisir est validé et amplifié par la qualité du propos entendu sur Flow, il convient de faire connaissance au plus vite avec ce duo de musiciens. Roland Hegi (guitare, basse, claviers) et Felix Waldispuehl (batterie, claviers) avaient commencé à travailler ensemble au sein du groupe Fors, auteur d’un unique album en 2020 (nommé Before et resté plus que confidentiel) avant de se lancer dans ce nouveau projet il y a un an. Douze mois plus tard, voici donc le fruit de cette nouvelle collaboration, qui s’inscrit clairement dans le genre néo-progressif. Sachez de plus que Flow est entièrement instrumental et s’avère ambitieux et continuellement inspiré. Bâti autour d’une guitare aérienne et virevoltante, que quelques divins solos de claviers viennent seconder, ce premier album est une vraie perle de progressif moderne, comportant de multiples sections plus agréables les unes que les autres. La fluidité des thèmes, le groove de la section rythmique, les solos en tout genre et certaines parties plus atmosphériques sont réellement envoûtantes, et font de Flame Drop une formation de tout premier plan ! Si vous voulez quelques références rencontrées à l’écoute de Flow, il est possible de citer Pink Floyd, Camel, Marillion, Saga, Riverside et autres Collage, mais tout cela reste secondaire au final, Flame Drop assume et s’approprie tout cela avec grand talent !

 

Le groupe suisse Flame Drop sort l'album "Flow", et le rock progressif est le style exploré sur cette production.

Il s'agit d'un groupe qui s'inscrit dans la tradition du rock néo-progressif et qui a choisi de le faire en mode instrumental.

Le principal modus operandi du groupe est d'élaborer de longues compositions à sections multiples, ce qui, sauf erreur, devrait plaire à pas mal d'amateurs de rock progressif.

Les amateurs de paysages atmosphériques chargés de solos de guitare fluides et flottants, ainsi que de nombreux solos de guitare avec plus de caractéristiques de guitare pleureuse, devraient trouver beaucoup à apprécier ici, avec les claviers qui interviennent dans des moments expressifs plus courts et comme fournisseurs de textures élégantes.

On trouve également des riffs de guitare et des claviers plus énergiques, ainsi que des guitares pincées plus prudentes combinées à des claviers prudents ou à des combinaisons de pianos errants.

Et à quelques occasions, je soupçonne qu'il y a aussi quelques clins d'œil à ce bon vieux Genesis.

Un album à rechercher dans une variété plus atmosphérique de rock néo-progressif instrumental est un sujet d'intérêt particulier.

Plongez-vous dans le monde créatif de Flame Drop ! Avec 'Flow', Roland Hegi et Felix Waldispuehl présentent un album de rock progressif magistral. Leur fusion de mélodies de guitare, d'harmonies de synthétiseur et de grooves de batterie captivants crée un feu d'artifice sonore qui repousse les limites du genre.

 

Le nouvel album de Flame Drop, "Flow", constitue une étape impressionnante dans le domaine du rock progressif. Avec une riche histoire musicale en arrière-plan, Roland Hegi et Felix Waldispuehl créent un paysage sonore fascinant qui plonge l'auditeur dans une transe hypnotique.

 

L'album démarre en force avec "Without Brakes", un opus épique de 11 minutes qui donne le ton à l'ensemble de l'œuvre avec ses rythmes complexes et ses mélodies de guitare virtuoses. "Ambient Emotions" s'étend sur 15 minutes et emmène l'auditeur dans un monde de jeu de piano émotionnel et de sons de synthétiseur atmosphériques. Les morceaux plus courts comme "Splitting The Sunrise" et "Divided Ocean" offrent un changement bienvenu, tandis que "In Heaven", avec sa durée de lecture de près de 13 minutes, représente un voyage épique à travers différentes phases musicales. Le signal de départ de l'album, "Out of Balance", reste un moment fort avec 11 minutes, qui résume le partenariat créatif entre Hegi et Waldispuehl. La nature instrumentale de l'album permet aux musiciens d'utiliser pleinement leurs capacités. Le jeu de guitare de Hegi est à la fois puissant et émouvant, tandis que le jeu de batterie et les mélodies au piano de Waldispuehl font preuve d'une polyvalence impressionnante.

 

La fusion harmonieuse de différents instruments et styles démontre leur profonde compréhension de la tradition du rock progressif. "Flow" de Flame Drop est un voyage musical qui captive l'auditeur par sa complexité et son émotivité. C'est un album qui révèle de nouvelles nuances à chaque écoute tout en célébrant l'esprit de la musique rock progressif.

bottom of page